Cela faisait huit mois que les grues et les engins avaient cessé de travailler, sur l'immense chantier de la porte de Clichy (17e). Depuis fin juillet, la construction du futur TGI de Paris avait été interrompue   faute d'avoir obtenu des sept banques partenaires le déblocage des fonds prévus.

Car depuis 2012, les avocats menaient la fronde contre ce projet, réclamant l'annulation  du  partenariat public-privé (PPP) entre l'Etablissement public du palais de justice de Paris (EPPJP) et Arelia , le maître d’œuvre (contrôlé par  BTP Bouygues) . L'annulation avait été déclarée irrecevable en première instance. L’association vient donc d'être à nouveau déboutée ce jeudi  par la cour administrative d'appel de Paris.

Livraison le 30 mars 2017

Dans un communiqué, la maire du 17e arrondissement de Paris, Brigitte Kuster (UMP) s'est réjouie de cette décision. "Le 17e est fier d’accueillir le 1er tribunal de France qui s’installera dans un magnifique bâtiment de 160 mètres, dessiné par l’architecte Renzo Piano. Il s’agit d’une chance historique, non seulement pour le quartier Clichy-Batignolles qui voit là une opportunité de développement économique sans précédent, mais également pour le 17e dans son ensemble" a écrit l'édile.

Le nouveau bâtiment doit être construit par l'architecte italien Renzo Piano dans le quartier des Batignolles (XVIIe arrondissement), porte de Clichy.  Le futur tribunal de grande instance devrait voir le jour le 30 juin 2017.  Elle était jusqu'ici prévue au 15 novembre 2016. Un délai qui pourrait encore être repoussé : le président de l'association d'avocats a indiqué qu'il étudiait les possibilités d'un recours.

sipa_00632259_000026.jpg

Le projet, présenté par l'architecte Renzo Piano, qui verra le jour porte de Clichy (17e).  Photo : CHAMUSSY/SIPA