Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2014

Le prolongement de la L14 retardé !

Lu sur liberation.fr

Le prolongement de deux lignes du métro parisien, destiné à améliorer la desserte du nord de la capitale et annoncé pour 2017, est reporté de deux ans, au grand dam des élus concernés, qui appellent la RATP à «accélérer» le calendrier des travaux.

Difficultés techniques, contentieux administratifs, prise en compte des nuisances des travaux pour les riverains: la RATP a annoncé jeudi que la mise en service des nouvelles stations sur les lignes 12 et 14 n’aurait lieu qu’en 2019.

Très attendu, le prolongement de la ligne automatique 14, qui doit desservir deux nouveaux quartiers, celui des Batignolles, dans le XVIIe arrondissement de Paris, et celui des Docks, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), a rencontré plus de difficultés que prévu.

«Certaines contraintes font qu’on estime aujourd’hui la mise en service à la mi-2019», a déclaré à l’AFP le directeur général adjoint en charge des projets et des investissements à la RATP, Christian Galivel.

La ligne 14, qui part d’Olympiades, dans le XIIIe arrondissement, s’arrête actuellement gare Saint-Lazare. Un tunnel de 5,8 km doit être creusé pour créer quatre nouvelles stations: Pont Cardinet, Porte de Clichy, Clichy Saint-Ouen RER et Mairie de Saint-Ouen.

«L’horizon 2017 était une ambition très forte mais les travaux de déviation des réseaux de téléphone, de gaz ou d’électricité sont très importants, des possessions de terrains ont pris plus de temps que prévu et on fait des travaux au pied des immeubles, on ne va pas travailler la nuit», a-t-il détaillé.

 

- Quartiers pensés en fonction du métro -

La ligne 14, dont la capacité sera portée à 40.000 voyageurs par heure, doit à terme désaturer la ligne 13, l’une des plus chargées du réseau de transport parisien avec 610.000 utilisateurs par jour.

Estimés à 1,38 milliard d’euros, les travaux seront financés à 55% par la Société du Grand Paris, 20% par la Ville de Paris, 13% par la région Ile-de-France et 6% par les Conseils généraux du 92 et du 93. «Le financement des 6% restants sera prévu dans le cadre de la prochaine période de contractualisation», a dit la RATP.

Concernant le prolongement de la ligne 12, qui devait desservir fin 2017 la commune d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), avec deux nouvelles stations, un retard de près de deux ans est également à prévoir. Il y a eu «des problèmes» avec les concessionnaires des réseaux télécoms, assainissement et gaz, a expliqué M. Galivel.

L’annonce de ces retards, qui faisaient l’objet de spéculations depuis plusieurs jours, a été accueillie froidement par les élus. «On est mis devant le fait accompli, et tardivement», a dénoncé Brigitte Kuster, maire UMP du XVIIe arrondissement de Paris.

En cause: l’accès au futur éco-quartier des Batignolles, qui accueillera 6.500 habitants et 12.700 emplois, avec le futur Palais de justice de Paris, dont la livraison est prévue mi-2017. «Des milliers de personnes vont venir vivre et travailler ici. Le quartier tout entier a été pensé en fonction du métro», regrette l’élue.

A Saint-Ouen, près de 10.000 nouveaux habitants vont devoir patienter, dans le quartier des Docks. «Deux ans, c’est long», s’agace le maire divers droite William Delannoy.

Source de préoccupation supplémentaire: l’impact que ces retards pourraient engendrer sur le futur Grand Paris Express, un réseau prévu d’ici 2030 de lignes automatiques, qui doit rejoindre la ligne 14.

«Le prolongement de la ligne 14, c’est l’acte 1 du Grand Paris Express (...) Ce retard ne doit pas en appeler d’autres», a mis en garde le président socialiste du Conseil général de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, qui juge «possible d’accélérer et de se mobiliser pour lever» les obstacles.

Jean-Paul Huchon, président PS de la région Ile-de-France et du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), qui pilote le projet avec la RATP, a demandé à son partenaire «d’étudier toutes les conditions permettant d’optimiser chaque étape des deux calendriers» afin «d’avancer au maximum» la mise en service des tronçons concernés.

 

AFP

Les commentaires sont fermés.