Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2015

POLETTE LE NOUVEAU RESTO BRANCHE DE CLICHY

Après Léon, bienvenu chez Polette. A Clichy, Julien, 33 ans, a décidé de faire bouger les commerces. Après une première boutique dédiée à l’univers de l’enfant ouverte en famille en décembre 2014 sur les allées Gambetta, le jeune homme se lance dans la restauration avec Polette*, cantine à la décoration branchée et à la carte 100 % maison.

 

Une nouvelle adresse située sur le boulevard Victor Hugo, non loin de la porte Pouchet. Un quartier plus connu pour sa fourrière que ses bonnes tables. «Certains habitants du quartier me disent que je suis un ovni et se demandent pourquoi ici. Mais justement ici !» assume l’ancien chef de projet chez un major de l’énergie qui a troqué son costume pour un tablier. «Je suis parti de mes besoins, poursuit-il. De plus en plus de Parisiens viennent s’installer à Clichy pour avoir une pièce en plus mais continuent de sortir aux Batignolles. Je trouvais dommage que le pouvoir d’achat ne reste pas ici.» Le midi, son menu à 13,90 € attire déjà les salariés du quartier. La carte change tous les jours avec des produits frais et des frites maison. Une ardoise bistrot et des prix très raisonnables. Le matin, jusqu’à 9 heures, Julien propose d’ailleurs le café à 0,90 centime et un petit-déjeuner à 5 €. Le soir, des apéros pour les sorties de bureaux accompagnés de planches de charcuterie. Côté décoration, le «vieux radedécrépit» a été totalement métamorphosé avec du mobilier en bois, exactement dans la tendance vintage et scandinave du moment. Quant au nom il s’agit d’un mélange des prénoms des grands-mères de Julien et de son épouse, également très impliquée dans les choix, aussi bien pour Léon que Polette. Si le jeune restaurateur assure que l’accueil est «fantastique» le midi, il reconnaît que le démarrage est plus difficile le soir Mais il ne manque pas d’idées pour faire vivre le lieu à l’heure du dîner, comme la privatisation de la petite salle du fond pour les soirées entre amis. Quant aux week-ends, il prévoit d’organiser deux fois par mois des brunchs le dimanche en partenariat avec Léon Bulle. «Et j’ai plein d’autres projets, assure-t-il. Car je pense que c’est par les commerces que les villes évoluent».

*115 boulevard Victor Hugo.

http://www.leparisien.fr/clichy-92110/clichy-polette-un-n...

Les commentaires sont fermés.