Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2016

Au Local un magasin de producteurs 27 bis rue de la Jonquière !

C'est au 27 bis rue de la Jonquière.

Merci au Parisien.fr d'en parler !

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75017/au-local-circuit-court-et-convivialite-vous-sont-proposes-dans-les-paniers-29-04-2016-5754545.php

Vous connaissiez déjà les « Amap » (association pour le maintien d’une agriculture paysanne), dont le principe de paniers de producteurs franciliens, livrés aux citadins continue creuser son sillon dans les arrondissements parisiens. En mai, rue de la Jonquière , la petite association « Le local à Paris » et la plate-forme de vente directe entre producteurs et consommateurs Marchands des 4 saisons.fr, passent une vitesse supplémentaire dans la consommation «responsable».

Ils ouvrent le premier magasin de primeurs et épicerie en «circuit court », approvisionné chaque jour par les producteurs installés dans un rayon maximum de 250 km autour de la capitale. « Ce sera une sorte de magasin de producteurs, mais comme il leur impossible de tenir boutique à Paris, en quelque sorte on le fait pour eux», explique Jérémy Dumont, pilote de ce projet expérimental. Lancé pour un mois, reconductible trois, il gagnera sa pérénnisation s’il rencontre sa clientèle.

« C’est le challenge, et nous allons tout faire pour ça. Le but, c’est d’y faire se rencontrer consommateurs et producteurs, d’en faire un espace convivial, pas seulement un lieu d’achat ou de récupération des commandes Internet », milite cet ex-directeur de stratégie dans une agence de communication, passé au vert comme par révélation. Le ras-le-bol de manger mal, le dégoût des légumes de supermarché calibrés et lustrés, l’effroi des listes d’additifs, de pesticides et de conservateurs... « J’ai eu envie de montrer qu’il est possible de manger sain, local et de saison, même à Paris. J’imaginais un lieu qui rendent tous les acteurs responsables de ce qu’ils mangent, à l’occasion de rencontres qui auront lieu tous les jours avec les fournisseurs», sourit Jérémy en parcourant le local entièrement rénové loué à petit prix à la Semaest, dans le cadre de son dispositif « Vital Quartier » (voir encadré).

Ni magasin traditionnel, ni dépôt ponctuel de paniers garnis, « Le Local, marchands des 4 saisons » compte bien devenir un lieu de vie, 6 jours sur 7 (il fermera le lundi), entre 11 heures et 21 heures.

Et les idées ne manquent pas. Ici un mini-potager intérieur, là un « espace de convivialité» central pour les rencontres au jour le jour; des bancs et rayonnages fabriqués à partir de cagettes et de palettes récupérées, une vitrine pour « le » produit du jour »... Miel parisien ou chou de Pontoise, fraises des Yvelines, pâtes fraîches ou fromages de Seine-et-Marne. «On compte rassembler une quinzaine de producteurs, mais nous en avons recensés 80 à rencontrer, qui tous méritent d’être mis en avant parce qu’ils s’engagent à améliorer leurs pratiques agricoles, pour le respect de la santé et de la nature, insiste Jérémy. A une époque où l’on ne sait plus trop d’où vient ce que l’on mange, pour reprendre le contrôle il faut maîtriser les provenance, les modes de culture et de transport. La réponse est dans le circuit court ».

Le Local, le plus souvent animé par la vingtaine de bénévoles qui ont rejoint Jérémy dans l’aventure « par envie de devenir tous plus responsables de notre alimentation », proposera également à ses clients de partager la soupe et autres jus, fabriqués chaque jour avec les périssables qui risqueraient d’être perdus. Zéro gâchis, bienfaits infinis.

En attendant l’ouverture, le 27 mai en pleine semaine du développement durable, Le Local lance une campagne de financement participatif, ouverte jusqu’au 14 mai sur la plate-forme très «éco-solidaire » Bluebees. Pour y participer, rendez-vous sur https://bluebees.fr/fr/project/236-magasin-de- producteurs-le-local.

L’opportunité du dispositif « Vital quartier »

Un local de plain-pied, entièrement rénové et mis aux normes d’accessibilité, plus de 60 m2 dans une rue passante et habitée, des facilités administratives et un bail allégé de ses droits d’entrée. C’est grâce au dispositif de redynamisation urbaine « Vital Quartier » de la Semaest, la société d’économie mixte de la Ville de Paris, créée il y a 12 ans pour favoriser le maintien et le développement des commerces de proximité, dans les quartiers de la capitale où le tissu commercial réduit comme peau de chagrin, que ce projet a émergé. Librairie, artisans de bouche, une douzaine de secteurs en déshérence ont également bénéficié d’installations facilitées. La rue de la Jonquière en fait partie, « Depuis 2007, cela a permis d’ouvrir une dizaine de commerces, explique Stéphane Leroy, directeur adjoint du développement économique de la Semaest. Ce sont des locaux que nous rachetons ou préemptons, nous nous chargeons des travaux, cela permet de donner une impulsion. La période test permettra de voir si le commerce trouve sa place et répond à une demande des habitants du quartier. » Quelle que soit l’issue de « l’expérience », « c’est un projet qui a du sens, et si ça marche il y aura d’autres magasins en circuits courts », assure Stéphane Leroy.

E.S.

 

 

Les commentaires sont fermés.